Les objectifs principaux :

  • Replacer la forêt au cœur de l’agriculture pour permettre une meilleure synergie et utiliser une ressource infinie : la broussaille.
  • Restaurer la vie dans les sols, et ne plus les travailler.

 schema_global

Mais commençons par un historique de la société, pour vous expliquer comment nous en sommes arrivés là.

Le Larzac, récemment classé au patrimoine mondial de l’Unesco, doit sa spécificité à ses paysages arides façonnés par le travail des hommes et des bêtes qui le parcourent depuis des décennies. Mais ce milieu se referme peu à peu et la biodiversité unique du Larzac est en danger. Comment entretenir ces terres et conserver ce qui a fait de notre Larzac un lieu d’exception ?

Des centaines d’hectares de broussailles disponibles

Je suis éleveur des Cochonnets du Larzac en agriculture extensive biologique (250 ha).
Voici maintenant sept ans que je tends à avoir plus de cohérence sur mon exploitation. L’augmentation du prix des céréales m’a conduit à trouver une méthode d’autosuffisance alimentaire sur mon exploitation. Pour remplacer les céréales j’ai pensé à élever des larves xylophages sur du broyat de broussaille. En les élevant elles engendrent des déjections larvaires qui sont équivalentes voir supérieures au vermicompost.
J’ai mis au point une machine capable de récolter la broussaille en milieux difficiles. Étant sur le Larzac je récolte essentiellement du buis ( http://www.fordham.edu/halsall/french/buis.asp ).
Je n’arrache pas les buis, je les coupe au ras du sol ce qui permet une repousse pérenne pour les générations futures. En débroussaillant, je libère des surfaces pour relancer le pastoralisme et je lutte contre les feux de forêt. Je chauffe toute ma ferme (un bâtiment de terre et de bois en éco-construction) avec la chaleur des tas de buis. L’ensemble du raisonnement vise une boucle vertueuse.
Ma découverte permet de récolter plus de matière que nécessaire pour mon élevage. J’ai donc créé une société (BUXOR SAS) qui récolte et valorise le broyat de buis. Je suis donc en mesure de proposer en grande quantité un broyat riche en humus forestier (Le BUXOR) permettant de restaurer la vie dans les sols en s’appuyant sur la méthode Jean Pain. Avec une épaisseur de 7 cm, il est aussi possible de semer directement dedans contrairement au BRF. Cette méthode permet à n’importe quel utilisateur d’avoir d’excellents résultats sur son jardin.